Installer la photographie dans la ville

Journée d’étude

Vendredi 6 novembre 2015
Auditorium de Nicéphore Cité
Chalon-sur-Saône


Si Chalon-sur-Saône se revendique  » ville de l’image « , peu d’éléments, hormis bien-sûr le musée Nicéphore Niépce, inscrivent dans le paysage
la paternité photographique et ce lien avec l’image. Aussi, la ville a-t-elle réalisé une commande auprès d’une artiste fin 2013.

Le cahier des charges témoigne d’une volonté multiple : matérialiser la photographie dans l’espace urbain, mais aussi marquer l’aménagement et le renouveau d’un quartier (les Prés-Saint-Jean) et signifier l’intégration européenne de la ville (50e anniversaire du jumelage avec la ville anglaise de Saint-Helens).

Virginie Marnat Leempoels, a conçu, réalisé et installé l’oeuvre “ Numéro 17 ” en juillet 2014, à l’angle de la rue de Saint-Helens et de l’avenue Kennedy.

Derrière la formulation assez simple  » installer durablement la photographie dans l’espace urbain « , différents enjeux sont questionnés :
– Loin de l’espace du musée, minutieusement aménagé pour l’accueil du public et l’exposition, quelle place prend une oeuvre dans la ville? Cet espace est-il partagé et public? urbain ? ou simplement extérieur ? A qui appartient-il juridiquement, mais bien plus, symboliquement ? Quels en sont les usages ? Comment le vit-on ?
– Quelle forme proposer ? Un affichage ? Un monument ? Une intégration à l’espace existant ?
– Peut-on parler de photographie durable dans l’espace urbain ? Si les artistes, les festivals imaginent des formes d’investissement temporaires (collages, bâches, panneaux d’affichage…), la pérennité impose une autre réflexion sur le rapport à l’espace, à la forme et à la technique.

– Désormais, la  » participation  » des habitants est revendiquée. Comment comprendre cette notion ? Pourquoi faut-il que les habitants participent ? S’agit-il d’information, de contribution, de codécision ? Comment l’envisager dans un projet artistique urbain ?
– Enfin, ces initiatives sont principalement portées par les décideurs publics. La commande émane du pouvoir politique. La participation des habitants ne devrait-elle pas également interroger cette prise de décision ? N’y a-t-il pas un autre rapport à l’art et sa commande à inventer dans la cité ?
La journée s’articulera autour de récits d’expériences artistiques et d’analyses de ces questions.

9h15

Accueil des participants

9h45

Introduction
François Cheval, conservateur en chef du musée Nicéphore Niépce, directeur des musées de Chalon-sur-Saône

10h

La question de l’espace à investir et de ses usages :
public ? urbain ? extérieur ?
La participation : nécessité ? formes ?
Joëlle Zask, philosophe
Je propose dans mon intervention de mettre en évidence les ambiguïtés et difficultés de la notion d’espace public et de distinguer cette notion de celle de lieu public. Appliquée à la photographie, cette distinction pourrait nous permettre d’interroger au plan esthétique et politique la présence des photographies dans notre environnement, dehors. Car à l’évidence, ce dernier est d’ores et déjà saturé d’images qui pour la plupart expriment le business, la manipulation, le pouvoir. Les photographies dites « d’art  » ou « d’artiste  » doivent-elles ou peuvent-elles s’en distinguer ? Et si oui, selon quels critères ?

11h15

Départ en bus pour les Prés-Saint-Jean

 

11h30

Découverte in-situ de l’oeuvre de
Virginie Marnat Leempoels & apéritif

12h30

Retour en bus vers le centre-ville
et repas libre

14h

Récits d’expériences artistiques et réalisations :
Commande, cahier des charges, démarche, site, forme, méthode et analyse
Virginie Marnat Leempoels, artiste
“ Par la photographie : la question de l’image ” :
Mon intervention sera basée sur l’expérience d’une commande, intitulée “ Numéro 17 ”, réalisée et installée en 2014 dans le quartier des Prés-Saint-Jean à Chalon-sur-Saône, ainsi que sur l’évolution générale de mon travail, indissociable de ce contexte. J’en exposerai les conditions et spécificités. J’aborderai ensuite les questions artistiques qui se sont posées au cours de cette réalisation.

15h

Patrick Tosani, artiste
“ L’échelle de l’image dans l’espace public ” :
Architecture et photographie :
un espace d’expérimentation et de
validation d’une image photographique ; description de quelques projets.

 

16h

Une nouvelle approche de la commande artistique :
les nouveaux commanditaires
Xavier Douroux, directeur du Consortium, Dijon, porte-parole de la société des nouveaux commanditaires, section française
Pour plus d’images : un visage de la photo  » utile  » dans l’espace commun :
Quelques exemples tirés de l’expérimentation des nouveaux commanditaires… Ou parfois comment redonner de la place à l’image  » publicitaire  » dans l’espace pragmatique de la vie urbaine ou rurale.

17h

Conclusion
François Cheval, conservateur en chef du musée Nicéphore Niépce, directeur des musées de Chalon-sur-Saône

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *